EVA

Éco-Village Artistique

Le hameau

Après trois ans de recherche de terrain, et de maturation du projet, EVA a trouvé une terre d’accueil. Le lieu ? Un petit hameau, où vivaient autrefois 50 âmes, perché quelque part, dans la montagne noire audoise. Un cirque en terrasse exposé plein sud, bordé par deux petites rivières, entouré de 22 hectares de nature sauvage.

Quatre habitations indépendantes, sont d’ores et déjà prêtes à l’usage (accueil, résidence artistique, stages). La première phase de développement du site mettra l’accent sur la restauration de certaines ruines, la création des espaces permacoles et artistiques, mais surtout sur l’apprentissage de la vie ensemble, l’observation du cycle des saisons et la rencontre avec le proche voisinage de l’éco-village (écoles, mairies, associations, voisins, …). Les activités d’accueil et de résidence débuteront courant 2014.

Infrastructures et espaces de vie

L’ensemble des bâtiments et habitats devant être réalisés ou réhabilités seront auto-construits (chantiers participatifs et solidaires, transmission de savoir-faire) selon les principes de l’éco-construction et de l’habitât bioclimatique, en faisant appel aux arts et savoir-faire locaux et du réseau de l’EVA.

  • Intégration harmonieuse dans l’environnement local, implantation réfléchie, orientation optimale ;
  • Impact minimal sur l’environnement direct (faune et flore), utilisation de matériaux naturels (argile, terre, bois, pierre, végétaux) produits (ou récupérés) localement (afin de dynamiser l’économie régionale et limiter leur transport), et, ou, ne produisant pas de déchets, recyclables ou biodégradables : paille, biobrique, isolation chanvre, cellulose, revêtement en bois, terre, pierre, sans COV, etc.
  • Utilisation d’éléments « recyclés » : bouteilles de verre, pneus, containers, etc. ;
  • Récupération des eaux pluviales pour une utilisation domestique ;
  • Isolation performante.

Un village d’habitations destiné aux « vie-la-joie » sera éco-construit : les habitats, de faible superficie, seront espacés de façon à permettre l’intimité de chacun tout en conservant une complémentarité (phytoépuration, composteur et solaire thermique centralisés). Ils seront l’expression d’un savoir-faire d’artisans et permettront de mettre en avant des solutions innovantes, aussi bien en terme de coût que d’empreinte écologique : zôme, earthship, ecodôme, yourte, cabane, hutte terre cru, etc. 

Autosuffisance énergétique

L’autonomie énergétique constitue, avec l’autonomie alimentaire, un des objectifs majeurs de l’éco-village. Elle sera réalisée en ayant recourt à des ressources énergétiques d’origine renouvelable produites sur le site.  Dans tous les cas, le principe appliqué sera le suivant : le meilleur gisement énergétique est celui que l’on ne consomme pas (principe de décroissance et scénario négawatt).

Le site dispose d’une petite centrale hydraulique. En complément, et selon les besoins à venir, plusieurs types d’énergies renouvelables pourront être installées : solaire thermique, petit éolien, biomasse…

Des partenariats sont à l’étude avec des porteurs de projets et des petites structures innovantes en matière de solutions énergétiques alternatives.

Gestion de l’eau

La gestion de l’eau vise à assurer et pérenniser les ressources en eau disponible sur le site à travers une économie systématique dans tous ses usages : collecte des eaux pluviales, récupération des eaux propres, traitement par phytoépuration des eaux usées, toilettes sèches, etc.

Gestion des déchets

La gestion des déchets suit la règle des 3 R : réduire, réutiliser, recycler. La recherche de la minimisation des déchets sera effectuée tout le long des chaînes d’approvisionnement et de production. Les déchets résiduels seront donc réutilisés (cycle fermé) ou recyclés. Des systèmes de tri à la source de collecte sélective seront installés (verre, papier, déchets organiques) et un espace sur le site sera réservé à la gestion des déchets : zone temporaire de stockage – avec bacs de tri -, recyclerie/ressourcerie, composteur principal. Les visiteurs et artistes seront systématiquement sensibilisés sur la gestion des déchets.